---------- 180103 --------5--

CONSPIRATION d' ASSASSINAT
et d' EMPILEMENT
de CRIMES de FORFAITURES

---------- - ----------

LISTE des DÉPUTÉS ou MINISTRES

qui ont fait ou qui font silence sur cette affaire

---------- - ----------

RAPPEL du SOMMAIRE

---  PAGE  INDEX  ( Haut de page )     Accès direct

---  INTRODUCTION / SCHÉMA de l' AFFAIRE     Accès direct

---  DESCRIPTION  RÉSUMÉE  de  l' AFFAIRE     Accès direct

---  RÉCIT / DÉVELOPPEMENT     Accès direct :  
        a  )  -  CONTEXTE du DÉBUT de l' AFFAIRE
        
b  )  -  JE me DÉPLACE  RAPIDEMENT à BORDEAUX
        c  )  -  DESCRIPTION  DÉTAILLÉE du DRAME
        
d  ) 
 -  Le MAQUILLAGE des PREUVES  MATÉRIELLES ,
                                                 l' OCCULTATION des ÉLÉMENTS  DIVERS ,
                                                                                 et l' ÉTOUFFEMENT de l' AFFAIRE .

---  Commentaires des pièces jointes , en bleu-vert .

---  TENTATIVES de l' ESTABLISHMENT     Accès direct
     
 pour faire taire les dénonciations de cette CABALE d' assassinat et
      de ses maquillages

---  LISTE des DÉPUTÉS ou MINISTRES               Accès direct
     qui ont fait ou qui font silence sur cette affaire

---  LISTE des ORGANES de PRESSE CONTACTÉS     Accès direct

---  La BIDON COUR EUROPÉENNE des BIDONS DROITS de l' HOMME  Accès direct

---  CONCLUSIONS     Accès direct

---  PSEUDO- RÉPUBLIQUE et DÉMOCRATIE de THÉÂTRE   Accès direct

---  Liens vers d' autres affaires présentant des similitudes     Accès direct

---------- - ----------

LISTE des DÉPUTÉS ou MINISTRES
qui ont fait ou qui font silence sur cette affaire .

----------

Les paragraphes de ce chapitre :

  1) -- Le ministre de la police en 1997
  2) -- Le ministre de la justice en 1997
  3) -- Le ministre de la justice en 2001
  4) -- Le médiateur de la république en 2001
  5) -- Le chef de gouvernement de la gauche caviar en 2002
  6) -- Le député de la circonscription cadre de cet assassinat en 2002
  
7) -- Preuves de l' i nexistence de décision judiciaire de clôture de l'affaire
  8) -- Le député de la circonscription dans laquelle je suis domicilié en 2008
  9) -- Le député de la circonscription dans laquelle je suis domicilié  en 2010
10) -- Nooon ... ? 
11) --
Réflexions ... ... ... 

Le fantôme de Karine ,
ne perd pas de vue le troupeau de rats criminels de cette affaire !!! ...

---------

1) -- Le ministre de la police en 1997.

En 1997, deux ans et demi environ après le début de cette affaire criminelle ,  j' ai tenté d' alerter le ministre de la police de l' époque , sur le maquillage matériel des preuves principales de l'.assassinat de ma nièce .

Dont ,
-- le maquillage
dans la chambre froide de l' Institut médico-légal de Bordeaux , des coulures de sang
-- du tirage immédiat d' une photo de ce maquillage                       \  issues de sa blessure à la tête
-- et du versement de cette photo dans le rapport de police d' " enquête préliminaire ", en lieu et place des photos que les policiers auraient normalement dû tirer du corps sur le lieu de la défenestration .

La lettre que  j' ai fait parvenir au ministre de la police , était très similaire à celle que  j' ai adressée en même temps au ministre de la  justice et dont  je publie la première page dans le paragraphe suivant intitulé , " Le ministre de la  justice en 1997 ".

L' une comme l' autre de ces 2 lettres comportaient plusieurs alinéas encadrés , pour mettre en évidence les forfaitures essentielles que  je décrivais .

Ces points essentiels étaient faciles à vérifier par les services de chacun de ces 2 ministères , en vue de diligenter ensuite une enquête plus approfondie de leurs Inspections respectives internes .

Mais , au lieu de diligenter à Bordeaux une enquête de l' Inspection des services de police , et comme on peut le lire dans les 2 lettres ci-dessous , que m' a fait parvenir le cabinet du ministre de la police , celui-ci se défausse tout à fait anormalement du " problème " sur son collègue le ministre de la  justice , dans une cuisine probablement concoctée entre eux .

Lequel ministre de la  justice , noiera le poisson dans la foulée , au fond de ses sous-bureaux les plus obscurs .

On peut lire dans ces 2 lettres ci-dessous donc , que le cabinet du ministre de la police envoie le problème chez son homologue du ministre de la  justice , et qu' il s'abstient comme c' était son rôle en la circonstance de diligenter une enquête de l' Inspection des services de police * ...

Question :
Quelles étaient les motivations de ce ministre de la police à agir ainsi , alors qu' à ce même poste il avait plus d' une fois ordonné ce type d' enquête interne pour des faits bien moins graves que ceux que  je lui décrivais ? ... ... ... ... ... ...



* Note du 09 février 2010 .
À cette date , une " grave affaire " ayant eu lieu quelques jours plus tôt , déclenche l' émoi des grands et petits médias :
Quatre lycéens de Paris , 1 garçon et 3 filles , échangent dans la rue à la sortie de leurs cours , quelques gifles et coups de genoux .
Les policiers interviennent le lendemain pour établir les faits , et placent les 4 protagonistes en garde à vue pendant une douzaine d' heures .
Le " scandale " aussitôt déclenché ainsi par la procédure " excessive " des policiers engendre une réaction de leur hiérarchie supérieure , qui déclare publiquement diligenter aussitôt une enquête de
l'.Inspection générale des services de police à l' encontre des policiers " suspectés d' un excès de zèle ".

Vertigineux décalage !!! !!! !!! !!! !!! !!!
Vertigineux décalage d' avec l' attitude du ministre de la police de 1997, qui lui , s' abstenait d' ordonner ce même type d' enquête de l' Inspection des services de police , lorsque  je lui communiquais la dénonciation circonstanciée ,
- du maquillage matériel de la preuve principale d' un assassinat sur le corps de la victime ,
- dans la chambre froide d' un Institut médico-légal ,
- du tirage d' une photo truquée issue de ce maquillage ,
- et du versement de cette photo dans le rapport d' enquête des officiers de police sur cette mort ,
  en remplacement des photos d' origine du corps , dans le but de faire passer cet assassinat pour
  
un " suicide " !!! !!! !!!
Faits qui étaient de plus aisément et rapidement vérifiables !!! !!! !!! !!! !!!

Retour à la liste des paragraphes de ce chapitre

----------

2) -- Le ministre de la  justice en 1997.

À la même époque de 1997,  j' ai tenté également d' alerter le ministre de la  justice ,
sur le fonctionnement révoltant des procédures quant à leurs conduites par les autorités .
Autorités chargées en principe de la traque des criminels , des expertises médico-légales ,
et de la répression des crimes .

Ci-dessous , la première page de la lettre de quelques feuillets , que  j' ai adressée au ministre .

Le rectangle entourant le dernier paragraphe du bas de la page , figure ainsi d' origine ,
dans l' exemplaire adressé au ministre .


Ci-dessous en réponse ,
une lettre signée du chef de cabinet du ministre de la  justice en août 1997.

Le chef  de cabinet parlant selon lui au nom de son ministre , énonce plusieurs salades
contradictoires entre elles comme on peut le lire , et rajoute qu' il me tiendra informé des
suites de l' action de son service .


Il s' est avéré en fait de la prétendue " suite " promises dans la lettre ci-dessus ,

et comme on peut le voir dans la lettre ci-dessous ,
que le cabinet du ministre de la  justice , a botté la patate chaude , de sous-direction
en sous-bureau .
Le dernier d' entre eux de cette chaîne , m' a adressé au final une lettre , disant qu' il renvoie
ma dénonciation de l' empilement des FORFAITURES de cette affaire ( ma "requête" ) au parquet général de Bordeaux , ( donc à son point de
départ en quelque sorte ) .
Et ce bureau me suggère comme élément principal de son courrier , de soumettre " mes difficultés ",
à une association bénévole d' aide aux familles de victimes de Bordeaux !!! ... ... ... ... ...



Laquelle association , que  j' ai appelée malgré tout au téléphone , par principe et par curiosité ,
a refusé tout contact avec moi ,
en dépit de la lettre du ministère de la  justice m' invitant à m' adresser à elle , et dont  je faisais état .
Il semble probable que cette association venait de recevoir pour consigne du ministère ,
de me fermer la porte
au nez .

Concernant cet épisode de présentation de cette affaire ,
aux responsables politiques concernés du plus haut niveau ,
le circuit d' étouffement qu' ils ont activé dans la foulée ,
en regard de cet assassinat accompagné de crimes de forfaitures multiples ,
était donc bouclé !!! ...

Fermez le ban !!! ...

En effet , contrairement à son rôle , et à sa pratique ordinaire s' agissant pourtant d' affaires moins scabreuses , le ministre de la  justice s' est abstenu à ma connaissance , d' ordonner une enquête à l'.Inspection des services  judiciaires , comme il aurait dû le faire en regard des éléments particulièrement graves que  je lui dénonçais catégoriquement .
Tels , que des pièces d' un dossier  judiciaire , fabriquées à partir de
maquillages de preuves matérielles *.
Maquillages réalisés dans la chambre froide d' un Institut médico-légal ,
et sur le corps de la victime d' un assassinat , dans le but de qualifier ce crime crapuleux de " suicide ".
Éléments de ma dénonciation qui étaient pourtant et aussi , faciles à vérifier .

( * Précisions supplémentaires au bas du sous-chapitre intitulé :
                                                               " Le maquillage des preuves matérielles . . .  -  Les conclusions d'autopsie " )

Tout indique ( euphémisme ) , que cette affaire criminelle ,
et les multiples forfaitures , qui l' ont précédée , accompagnée , suivie ,
ont été étouffées ensuite  jusqu' aux sommets des gouvernements successifs ,
                                                                        et encore aujourd' hui , 22 ans après .

Constatation :
Dans cette " démocratie " de pure façade , les politicards de Pouvoir , toutes étiquettes-bidons de boutiques confondues , méprisent le peuple , y compris dans leurs méthodes d' étouffement les plus grossières , concernant les affaires les plus graves , constituées elles-mêmes de crimes de sang et de crimes de forfaitures multiples .

Autres éléments de comparaison :
Le même ministre de la  justice , à peu près à cette même époque de 1997, avait annoncé lui-même à grand renfort de fracas médiatiques ,
qu' il venait d' ordonner à l' Inspection des services  judiciaires , l' ouverture d' une enquête ,
à propos d' une affaire ( mineure ) de disparition partielle de dossier au Tgi de Lyon ,
concernant une ( petite ) procédure correctionnelle où étaient poursuivis quelques membres d' une secte .
Une autre fois , c' était en novembre 1998 ,
la même procédure avait été ordonnée par le même ministre de la  justice au Tgi de Paris ,
pour un dysfonctionnement de même type .

Méthode vieille comme le monde utilisée par les dirigeants des appareils d' États :
Ils montent en épingle des faits mineurs , pour se fabriquer artificiellement de la crédibilité ,
et étouffer plus facilement ensuite les affaires graves ou très graves .

Retour à la liste des paragraphes de ce chapitre

----------

3) -- Le ministre de la  justice en 2001.

En avril 2001 ,  j' ai saisi le député de l'époque , de la circonscription dans laquelle  je suis domicilié , en lui demandant expressément de questionner publiquement le gouvernement à l' Assemblée nationale ,
sur les FORFAITURES en tous genres ayant entouré cette affaire d' assassinat ,

dont les maquillages matériels de preuves sur le corps de la victime , 
jusque dans la chambre froide de l'.Institut médico-légal de Bordeaux .

Le député m' a indiqué a plusieurs reprises qu' il n' acceptait pas de faire une intervention publique sur cette affaire à l' adresse du gouvernement , pour des raisons qu' il a refusé net de me préciser .
Ceci , alors que les sujets débattus dans cette Assemblée , sont loin et même parfois très loin , d' avoir le degré de gravité dont  je faisais état auprès du député  ...

Comme  j' en donne un exemple au paragraphe 8  de ce même chapitre .

La raison du refus du député de faire une intervention publique à l' Assemblée est toutefois facile à comprendre sans explication de texte :
Les pseudo - joutes verbales entre parlementaires et membres du gouvernement , sont en réalité mises au point au préalable en coulisses , mais encore faut-il que le sujet de fond ne soit pas  par lui-même trop scabreux pour être exposé publiquement .
Comme c' est précisément le cas de cette affaire , que l' appareil d' État et tous ses rouages étouffent avec acharnement depuis maintenant 22 ans ! ...

Le député a toutefois accepté de questionner par écrit le ministre de la  justice de l' époque , et en transmettant à ce ministre mon propre courrier , soit 15 feuillets , décrivant les forfaitures de cette affaire .

Ci-dessous , copie que m' a communiquée le député de son propre courrier du 18 avril 2001,
adressé au ministre
de la  justice de l'.époque .


Ci-dessous , dans une première réponse de forme en date du 17 mai 2001,
le ministre de la  justice accuse réception de la question écrite du député .


Ci-dessous , la lettre du député en date du 20 juin 2001,
me communiquant la copie de la réponse définitive du ministre de la  justice .


Ci-dessous donc ,
le ministre de la  justice , en date du 15 juin 2001, donne sa réponse définitive ,
après s' être selon toute évidence renseigné sur le sujet en question .


À l' alinéa 2 de sa lettre ,
le ministre sort la classique langue de bois , sur la  " séparation des pouvoirs ne lui permettant pas de faire des commentaires sur les décisions de  justice ".
Alors que le sujet en question ici , ce n' est pas le contenu d' une décision de  justice qui aurait prétendument été rendue , et qui en fait n' existe pas .
Le sujet , qui a été relaté à ma demande , dans cette question écrite du député au ministre de la  justice ,
c' est ,  pour ne parler que des principaux points :
- l' étouffement grossier par les autorités de Bordeaux , de l' assassinat d' une paisible étudiante
- les maquillages matériels de preuves sur le corps de la victime  jusque dans la chambre froide
- le tirage d' une photo couleurs de ce maquillage                                 \  de l' Institut médico-légal
- le versement de cette photo truquée dans le " rapport d' enquête " des officiers de police
- la constitution d' un dossier  judiciaire d' instruction à partir de ce " rapport d' enquête " truqué
- le versement dans ce dossier d' instruction d' un rapport d' autopsie lui-même tronqué
- la contradiction malgré cela , dans ce dossier d' instruction , de ce rapport d' autopsie avec la                                                                         \  photographie résultant du maquillage du corps .

Le ministre de la  justice a donc voulu ignorer superbement les multiples forfaitures dont  je faisais état , et que rappelait au ministre en les résumant , le député dans son propre courrier du 18 avril 2001 .
Le ministre de la  justice s' est donc abstenu à ma connaissance ,
comme c' était pourtant son rôle , et tout comme son prédécesseur s' était abstenu de le faire ,
d' ordonner une enquête interne à l' Inspection des services  judiciaires
 ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...

À l' alinéa 3 de sa lettre ,
le ministre de la  justice comme on peut le lire , fait état d' une ordonnance de non-lieu du  juge d'.instruction en date du 18 juin 1996 .
En réalité , il ne s' agissait pas dans l' Acte désigné , d' un non-lieu général ou Acte de clôture de l'.affaire , mais seulement d' une ordonnance de non-lieu individuel , concernant l' une des personnes mises en examen dans cette procédure  ...
Nul ne pouvait faire de confusion à ce sujet , encore moins en principe , un ministre de la  justice et les services de son cabinet  ... ...
Quant à l' Arrêt de confirmation de la Chambre d' accusation dont fait état le ministre , il s' agissait seulement en réalité , de la confirmation de cette ordonnance de non-lieu individuel  ... ... ...

À l' alinéa 4 et 5 de sa lettre ,
le ministre de la  justice enfonce le clou , sur - je résume - la " clôture irrémédiable de l' affaire " ...   par une décision de  justice qui n' a jamais existé  ... ...  ce que ce ministre ne pouvait ignorer en signant ces lignes  ... ... ...

La lettre que signe ce ministre de la justice , au bas des faux arguments invoqués., indique manifestement qu' il a étouffé dans l'.exercice de ses fonctions., une affaire criminelle particulièrement gravissime., constituée entre autres choses., d' un EMPILEMENT de FORFAITURES ...  

Forfaitures , dont les premières d' entre elles ont été mises en œuvre par les rouages régaliens de l' État au niveau des Autorités de Bordeaux., et AVANT même l'.exécution de cet assassinat  ... ... ...
                                                  

Retour à la liste des paragraphes de ce chapitre

----------

4) -- Le médiateur de la république en 2001.

Puis à la suite de la réponse " insatisfaisante " du ministre de la  justice ,  j' ai demandé au même député de saisir le Médiateur de la république de cette affaire .

Ci-dessous une lettre signée du médiateur de la république en 2001, déclarant d' une part , que l'.affaire  judiciaire concernée aurait prétendument fait l' objet d' une décision de clôture , et d' autre part que nul ne pourra avoir accès à son dossier avant un délai de 100 ans .   CENT ANS !!! ... ... ...

Rappel :
Il n' y a  jamais eu de décision de  justice clôturant cette affaire ,
et le médiateur au terme de ses investigations ne pouvait l' ignorer  ... ... ... ... ...

Autre remarque :
Je suis plaignant et partie civile dans cette affaire depuis son origine ,
or , le médiateur fait abstraction dans sa lettre de cette position essentielle ,
et , pour pouvoir énoncer sa conclusion d' impossibilité pour moi d' accéder au dossier ,
affecte de me considérer simplement comme un membre de la famille de la victime ,
mais étranger à la procédure .


Retour à la liste des paragraphes de ce chapitre

----------

5) -- Le sinistre chef de gouvernement de la gauche-caviar  /  chemises-roses  / " trotskystes" & Cie .

Dans le premier quart de l' année 2002 ,  j' ai adressé une lettre simple au premier ministre , qui depuis près de 5 ans à cette époque , avait si bien illustré à la tête de son gouvernement , le caractère valeureux , sans peur et sans reproche , de son personnage  ...

Le contenu de cette lettre correspondait à peu près au texte que  je publie en page " index " de ce site , sous le titre " Description résumée de l' affaire ".
Texte dénonçant les multiples forfaitures des autorités de Bordeaux , ayant entouré et immédiatement suivi un assassinat , mais aussi et surtout , ayant vraisemblablement PRÉCÉDÉ cet assassinat pour permettre son exécution .

Ce chef de gouvernement , s' est empressé de prendre une attitude de circonstances , ...  c' est à dire en l'.occurrence de faire le mort  ...

Je pense d' ailleurs qu' il devait être depuis bon nombre d' années au courant de cette affaire , et que c'.est très probablement sur ses directives , que ses divers ministres de la police et de la  justice ont œuvré pour l'.étouffer  ...

Puis , me rendant compte à cette époque du début 2002 , que la médiocrité affichée de sa campagne présidentielle , laissait supposer que , pelote faite , il s' apprêtait à filer à l' anglaise ,  je lui ai réitéré mon courrier par pli Rar .

Malgré ça , mes 2 courriers à ce chef de gouvernement , sont restés sans réponse ni réaction de qui que ce soit  ... ... ...

Ci-dessous , copie de l' accusé de réception de mon deuxième courrier adressé au 1er ministre ,
et concernant cette affaire .
L' objet , "Affaire des forfaitures sur l' assassinat de Karine Décombe ", y figure en évidence .


Retour à la liste des paragraphes de ce chapitre

----------

6) -- En 2002 également :  le député de la circonscription de Bordeaux , cadre des forfaitures de                                                                                                                                cette affaire..
Dans le premier quart de l' année 2001, 
j' ai envoyé à plusieurs députés - dont, comme je le dis plus haut, un exemplaire au député de l'.époque de la circonscription de mon domicile - une lettre de 15 pages décrivant les forfaitures de cette affaire d'.assassinat , et leur demandant de questionner le gouvernement à l' Assemblée nationale sur ces faits .
J' avais équipé chacune des enveloppes de ces courriers , d' étiquettes de " Distingo-Suivi ", et ces procédures de suivi de courrier ont été occultées par chacun des bureaux de poste des destinataires ...

L' une de ces lettres était destinée au député de la circonscription de Bordeaux , dans laquelle est située l'.école cadre de ce drame .
Outre le fait que la trace de ce courrier ait disparue au niveau du bureau de poste distributeur de ce destinataire , le député interpellé n' y a fait aucune réponse  ...
Par la suite ,  j' ai envoyé d' autres courriers traitant du même sujet à ce même député , sans obtenir autre chose qu' un total silence  ... ...
Ce député est pourtant connu du public , par sa propension aiguë à saisir tous les sujets qui lui tombent sous la main , pour se mettre en évidence dans les médias  ... ... ...
Il est aussi , ex-présentateur-vedette de télévision , et en outre avocat  ... ... ... ...
Un an plus tard en 2002 ,  je lui ai adressé comme au premier ministre et à la même date , un pli RAR d'.une seule page , décrivant de manière résumée les forfaitures de cette affaire d' assassinat , s' étant donc passées dans sa propre circonscription .
Là encore ,  je n' ai obtenu aucune réponse de ce député .

Ci-dessous , l' AR de ce courrier .
L' objet , "Affaire des forfaitures sur l' assassinat de Karine Décombe ", y figure là aussi en évidence  ...


Ce n' est que 3 mois plus tard après ce courrier Rar ci-dessus , et 15 mois après le premier courrier très complet que  je lui avais envoyé , que ce député se décide enfin pour la première fois , à m'.adresser quelques maigres lignes de réponse , dans lesquelles il dégaine lui aussi la traditionnelle langue de bois sur la ".séparation des pouvoirs législatifs et  judiciaires ", et répondant donc en l'.occurrence délibérément à coté du sujet dont  je l' entretenais  ...
Le député me propose en revanche de saisir le médiateur de la république de cette affaire  ... ...
En réalité , ce député peut difficilement ignorer à cette époque ,
qu' un de ses collègues du même groupe politique que lui , avait déjà saisi l' année précédente le médiateur , lequel avait rendu une " réponse " le 08 octobre 2001, soit 9 mois 1/2  plus tôt  ... ... ...

Ci-dessous , la " réponse " du député .


Retour à la liste des paragraphes de ce chapitre

----------

7) -- Preuves de l' i nexistence de décision  judiciaire ,
                                            clôturant prétendument l' affaire de l' assassinat de ma nièce Karine .

À telle ou telle époque au cours des nombreuses années de cette affaire ,  j' avais tenté d' en charger successivement divers avocats , le plus souvent de Bordeaux , qui tous invariablement , s'.étaient efforcés de me faire abandonner mon action , par des affirmations aussi catégoriques que mensongères , et y compris écrites .

Au mois de septembre 2007,  je suis venu rencontrer à son cabinet un avocat friand de médiatisation ,
établi de longue date dans la ville voisine de mon domicile , pour lui proposer de se charger de l'.affaire d'.assassinat et de forfaitures de maquillages , dont avait été victime ma nièce Karine , 13 ans auparavant à cette époque .   ( Avocat , qui est aussi Bâtonnier de l' Ardèche , et ancien élu politique ... )

Un mois et demi plus tard , cet avocat m' a envoyé la lettre ci-dessous , disant essentiellement que ".cette affaire avait fait l' objet d' une décision  juridictionnelle de clôture et qu' il était quasiment impossible de la faire rouvrir ".

L' affirmation n' était pas nouvelle pour moi , puisque c' est précisément avec ça , qu' avocats multiples , rouages de l' Appareil d' État , et structures diverses , essayaient de m' abuser depuis de nombreuses années dans le but de me faire abandonner mon action .

Cette affirmation reprise donc par ce dernier avocat , avait tout de même de quoi surprendre , dans la mesure où , quelques semaines auparavant ,  je lui avais expliqué de vive voix , et confirmé , écrits et pièces à l' appui , qu' il s' agissait là avec cette prétendue " clôture ", d' une mystification visant à étouffer définitivement cette affaire sous la longueur du temps .

Ci-dessous copie de la lettre de l' avocat .


En réponse à la surprenante lettre de cet avocat ,  je lui ai adressé un courrier ,
puis faute de réaction de sa part , successivement plusieurs autres sur le même thème ,
m' étonnant de son affirmation catégorique concernant la clôture  judiciaire de l'.affaire , alors qu'.il
n'.avait pas pu en VOIR  l' Acte prétendument rendu ,
puisqu' un tel Acte n' a  jamais existé  ... ...

Et  je lui demandais donc tout naturellement dans mes courriers , de réclamer au TGI de Bordeaux , un exemplaire de cette prétendue décision de  justice .

Mais bien entendu , une copie d' Acte en parfaitement  bonne et due forme , et  juridiquement valide , c'.est à dire revêtue par l' autorité  judiciaire , de tous les attributs de son authenticité légale , tels que cachets., signatures , numérotation des pages , certifications de conformité à toutes les pages , etc.-etc. ...

Ci-dessous copie de l' un de mes courriers de réponse à l' avocat .


Ce n' est que 3 mois après sa première lettre , que l' avocat se décide enfin à répondre quelque chose ,
à mes courriers lui réclamant essentiellement et avec insistance , de produire l' Acte de  justice de clôture de l' affaire dont il faisait état .

L' avocat dans ce dernier courrier , constitué de 3 maigres lignes ,
déclare seulement - faute de mieux - s' offusquer de mon manque de confiance
dans ses affirmations .
E
t sur cette pirouette il s' éclipse  ... ... ...

Ci-dessous copie de sa lettre .
L' avocat fait toutefois disparaitre de ce courrier , et contrairement à son précédent ,
toute référence à l' affaire dont il est question  ( Réf.)  ...


Conclusion de ce paragraphe N° 7 :

L' avocat déclare on ne peut plus catégoriquement dans son premier courrier , que l' affaire dont il est question , a fait l' objet d'.une décision  judiciaire de clôture .
Mais à la suite de ça , et alors que  je lui réclame avec insistance  l' Acte de  justice dont il fait état , et qu'.il devrait normalement pouvoir obtenir sans la moindre difficulté auprès du TGI de Bordeaux., l'.avocat reste silencieux , puis à la suite de la multiplication de mes courriers , il disparaît ... ... ...

Si une décision  judiciaire de clôture avait été rendue dans cette affaire , à quelque époque que ce soit., il est bien évident que le juge d' instruction m' aurait communiqué l' Acte en question spontanément comme c'.était son rôle , par le simple fait qu' ayant toujours été seul plaignant et seul partie civile ,  j'.aurais été le principal destinataire d' un tel Acte ... ... ...

Je démontre  je crois de manière suffisamment convaincante , qu' il n' y a  jamais eu de décision  judiciaire de clôture , dans l' affaire de l' assassinat de ma nièce Karine , et de son empilement de crimes de forfaitures .

Cette affaire faute de mieux , est " seulement " étouffée par l' Appareil d' État , sous la poussière et la longueur du temps ,  jusqu' à ce qu' il n' y ait plus de partie civile  !  ... ... ...   ... ... ...   .... ... ...

Classique  ... ... !!!

Retour à la liste des paragraphes de ce chapitre

----------

8) -- En 2008 :  le député de la circonscription dans laquelle  je suis domicilié .

En septembre 2008 ,  j' ai informé de cette affaire de forfaitures , le député récemment élu sur la circonscription dans laquelle  je suis domicilié ;  lequel est aussi le maire de la ville voisine .

Afin de porter à sa connaissance les points marquants de cette affaire ,  je lui ai adressé un courrier électronique relativement bref , mais comportant aussi un lien actif  vers le présent site " Cabale d'.assassinat.".
Lequel site contenait déjà à l' époque , les descriptions détaillées de cette affaire criminelle et de l'.empilement des forfaitures dont elle avait fait l' objet depuis son origine .

Je lui demandais donc principalement en conséquence , et à lui aussi dans ce courriel ,
                                           de questionner le gouvernement à l' Assemblée nationale sur ces faits .

En réaction , dans une lettre datée du 04 novembre 2008 , le député me répond :
- de m' adresser à son collègue député de Bordeaux dont  je parle dans le paragraphe  6  ci-dessus
- de prendre un avocat
- et il rajoute un couplet de traditionnelle langue de bois sur la " séparation des pouvoirs
                                                                                           
         \  entre législatif et  judiciaire ".
Ci-dessous la lettre de réponse du député  ...


Le député s' attache donc à vouloir ignorer totalement la nature et la gravité des faits décrits ,
ainsi que l' objet de ma requête .
C' est à dire questionner le gouvernement à l'Assemblée , sur cette affaire , et sur son empilement de forfaitures depuis 14 ans à cette époque .

Par hasard , quelques  jours après la réception de cette lettre , une " affaire véritablement grave " secoue tout à la fois les médias , l' intelligentsia politicarde , et aussi l' Assemblée nationale :
Un  journaliste , vient de se plaindre à ses amis politiques du manque de courtoisie de policiers , venus l'.interpeller à son
domicile conformément à une procédure  judiciaire par ailleurs parfaitement régulière , et concernant une petite affaire dont il est l' objet ...

Copié-collé d' un article de presse paru sur Internet début décembre 2008 :
" Vive protestation à l'Assemblée après l'interpellation d'un ancien PDG de Libération."
            Par Erich Inciyan :
" Les conditions de l'interpellation de Vittorio de Filippis, ancien directeur de publication de Libération, vendredi 28 novembre, à son domicile du Raincy (Seine-Saint-Denis) pour une simple procédure en diffamation, provoquent de nombreuses réactions tant politiques que syndicales."
" Jusqu'au président de la République qui a finalement pris le contre-pied de ses ministres de l'intérieur et de la justice en disant comprendre «l'émoi» causé par une telle interpellation."

En effet , aussitôt après la brève interpellation de ce  journaliste , c' est à dire dès le lundi 1er décembre , puis encore le mardi 02 décembre , plusieurs députés de divers partis politiques , dont l'.inévitable Noël Mamère., déclenchent une tempête à ce sujet à l' Assemblée nationale , interpellent le gouvernement , et lui réclament des explications sur ce "  scandale " ... ... ... 

LÀ ENCORE , AHURISSANT  DÉCALAGE  !!!  ... ... ...

Retour à la liste des paragraphes de ce chapitre

----------

9) -- En 2010 :  le député de la circonscription dans laquelle  je suis domicilié .

En avril 2010 ,  j' ai envoyé un nouveau courrier au député de la circonscription dans laquelle  je suis domicilié , sous forme d' un pli RAR ,
pour le mettre en demeure de faire enfin son travail de représentant du peuple ,
c' est à dire de réclamer des explications au gouvernement sur l' étouffement depuis plus de 15 ans à cette époque , de cette affaire d'.assassinat accompagné de crimes de forfaitures multiples .



Plusieurs mois après la réception de cette lettre par son destinataire , pas de nouvelles du député  ...
Il y a-t-il un député dans l' avion ? ...   Y a-t-il un député dans l' av  ... ? ...
Mystère  ... ... ...

Faute probablement , d' avoir le profil à être véritablement un représentant du peuple , et n' écoutant que son carriérisme , le député choisit de faire mort ...

Vain calcul sans doute , car ici dans le nord Ardèche , les élus qu' ils soient locaux régionaux ou nationaux , réussissent rarement à décrocher un deuxième mandat , successif ou pas ...

Ici , les élus s' usent très vite , et ils épuisent rapidement leur potentiel de crédibilité du départ qui ne fait pas illusion durablement ...
C' est " l' alternance " perpétuelle depuis très longtemps ...

Nouvelle démonstration , s' il en avait encore été besoin ,
que la caste politicarde en général ,
et sa gauche caviar en particulier   badintérisée  jusqu' à la moelle des os pour le plus grand profit des maffias.,
étouffent les affaires criminelles les plus graves ...

------

Note du mercredi 23 juin 2010 .

Ce  jour-là , l' Assemblée nationale est sens dessus dessous :
Un " grave préjudice " s' est abattu sur le pays .
L' équipe de france de foutebol - jeu de ballon issu vraisemblablement de la cour de récréation des écoles primaires - équipe engagée dans le championnat du monde , vient de se faire battre définitivement .
Cris et gémissements de rage et de consternation de nombreux politicards d' appartenances
diverses ... ... ...
Pour leur part , plusieurs ministres se lèvent de leur banc ou s' invitent à la télé , prennent la parole , s'.enflamment , vocifèrent., crient à la mutinerie des joueurs , à la trahison., à la sanction impitoyable , voire à la vengeance ... ... ...

Pendant cette séance de tartufferie dérisoire au sommet , de celle-ci comme de bien d' autres du même type., Karine Décombe , réclame par ma voix depuis 15 ans et demi à cette date , et attend du fond de son cercueil , que ces mêmes politicards , ministres compris , fassent fonctionner l'.appareil d' État , ne serait-ce qu' au moins dans ses domaines les plus essentiels !!! ...

Selon un sondage d' opinion , dont la télévision a brièvement fait état à la même époque , les 2/3 environ des personnes questionnées déclarent ne pas s' intéresser au foutebol ...
On s' en serait douté ...

------

Janvier 2011 :  enfin une réponse du député ...

En début d' année 2011 ,  j' ai trouvé dans ma boite ,
une lettre à emblème de l' assemblée nationale , libellée à mon adresse ...
Et qui contenait , devinez quoi ... , une carte de vœux ! ...

Avec pour tout texte , la citation et la formule suivantes :
- " Il ne peut y avoir ni vraie liberté ni justice dans une société, si l' égalité n' est pas réelle .
                                                        Condorcet , Journal d' instruction sociale - 1793 ."
- " Olivier Dussopt et son équipe parlementaire , vous souhaitent une très belle année 2011."

Constatation supplémentaire que les députés comme les membres des gouvernements ,
méprisent le peuple ,
y compris et surtout , sur les sujets qui démontrent les réalités de cette république truquée ...

------

Y en a marre Dussopt ! ...   Fais ton boulot ou laisse la place ! ...
Personne n' est allé te chercher n' est-ce pas , pour tenir ce job ...
Le travail d' un député ce n' est pas d' être au chaud dans sa circonscription , à faire semblant d'.inspecter les travaux finis , des chantiers de voiries et de canalisations ... ...
Le travail d' un député c' est d' être à l' Assemblée pour surveiller le fonctionnement du Système .
Les députés fantômes , comme par exemple ceux de 1940 , ne peuvent servir à rien ...

Retour à la liste des paragraphes de ce chapitre

----------

10) -- Mais si ...   L' opinion estime que l' ensemble de la classe politique est corrompue .

Selon une enquête d' opinion dont a fait état la télévision le 04 juillet 2010 , dans ses bulletins d'.informations., l'.ensemble de la classe politique est estimée corrompue par environ les 2/3 des citoyens..

Ci-dessous , copié-collé d' un article paru sur internet à la même date :

-- Les Français estiment leurs dirigeants politiques " corrompus ".
Soixante-quatre pour cent des Français jugent leur classe politique corrompue et 75 % d'entre eux estiment que les mesures de réduction du train de vie de l'Etat sont insuffisantes, selon un sondage Viavoice paru lundi 05 juillet 2010 dans Libération.
Les hommes politiques semblent payer le prix des affaires qui ont éclaboussé le gouvernement français ces derniers temps.
Selon le sondeur, 64 % des Français estiment que leurs dirigeants politiques sont " plutôt corrompus ", seuls 29 % d'entre eux les tenant pour honnêtes.
Viavoice estime qu'il s'agit d'un score très élevé et souligne que l'institut de sondages Sofres, qui pose une question proche depuis trente ans, donnait un chiffre de 38 % en 1977, 46 % en 1990 et 58 % en 2002.
Ce désaveu majeur est particulièrement prononcé chez les Français les plus modestes : 74 % des ouvriers et 73 % des employés souscrivent à l'idée de " corruption" des dirigeants politiques, contre 54 % des cadres.
Les Français sont 60 % à juger " choquante" la situation du ministre du travail, Eric Woerth, qui cumule ses fonctions ministérielles avec celles de trésorier de l'UMP alors qu'il est soupçonné de complaisance dans le traitement de l'héritière de L'Oréal, donatrice de son parti, lorsqu'il était au budget.
Liliane Bettencourt a reconnu avoir des comptes en Suisse.
Les mesures de réduction du train de vie de l'Etat, comme la baisse du nombre de voitures de fonction, sont jugées insuffisantes par 75 % de Français, 20 % les jugeant suffisantes.
Ce sondage a été effectué les 1er et 2 juillet 2010 par téléphone auprès d'un échantillon de 1 005 personnes âgées de 18 ans et plus.
--

Retour à la liste des paragraphes de ce chapitre

----------

11) -- Réflexions  ... ... ...

Schéma - découlant des chapitres et paragraphes précédents - d' un pays
droit-de-l-hommiste-avancé :
- Journalistes fonctionnarisés  ...
- Représentants du peuple inexistants  ... ...
- Démocratie de théâtre  ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...
- République systématiquement truquée  ... ... ...   ... ... ...   ...
- Nation en faillite , croulant sous l' abrutissement de ses dirigeants successifs  ...
                              ...  et mortellement touchée par les éclats de rire de la dérision  ...

... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...
Planète à la dérive  ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...
... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ... ...   ... ...
Autant en emporte le vent  ... ... ...   


Retour à la liste des paragraphes de ce chapitre

----------

---------- - ----------

Retour haut de page :  Rappel du sommaire

---------- - ----------

index